Informations
Equipo Nizkor
        Bookshop | Donate
Derechos | Equipo Nizkor       

07fév14


L'expansion chinoise comparée à l'Allemagne nazie par les Philippines


Les dirigeants chinois et japonais, Xi Jinping et Shinzo Abe, seront tous les deux présents à Sotchi - mais il ne faut pas s'attendre à ce qu'ils conviennent d'assouplir leurs revendications territoriales lors de cet événement sportif, écrit vendredi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Au contraire, la polémique entre Tokyo et Pékin s'est durcie et le président philippin Benigno Aquino a même jeté de l'huile sur le feu en comparant l'expansion maritime de la Chine aux manúuvres de l'Allemagne nazie. Tokyo est offensé, mais les Etats-Unis prennent le parti de leurs alliés en Asie.

Xi Jinping et Shinzo Abe ont-ils une chance de se rencontrer à Sotchi ? La question mérite d'être posée à l'heure où le litige entre les deux puissances autour des îles Senkaku (Diaoyu) en mer de Chine orientale s'aggrave de plus en plus.

La Chine envoie constamment ses navires de garde côtière vers ces îles. Elle a également établi une zone d'identification des avions pour assurer la défense antiaérienne de la zone contestée.

De son côté le Japon a réagi en faisant décoller ses avions de combat. Cette confrontation en mer joue en faveur des politiciens et des journalistes japonais qui voudraient réécrire l'histoire de la Seconde guerre mondiale au profit de la conjoncture politique actuelle. En témoigne par exemple la déclaration de l'un des dirigeants de la télévision publique NHK Naoki Hyakuta, affirmant qu'il n'y a pas eu de massacres en 1937 à Nankin, la capitale chinoise à l'époque. Selon les historiens chinois, les occupants y ont tué 300 000 personnes. Après la guerre, le tribunal international a annoncé que 142 000 habitants y avaient trouvé la mort. Le ministère chinois des Affaires étrangères a qualifié la déclaration de Naoki Hyakuta de défi impudent à la conscience humaine et y voit une tentative de déformer l'histoire.

Pékin place ces rappels historiques au même rang de gravité que la récente visite du premier ministre Abe au sanctuaire Yasukuni de Tokyo, où reposent les stèles des criminels de guerre japonais. Tout cela, d'après la presse chinoise, illustre l'aspiration du gouvernement japonais à rétablir le "militarisme" japonais.

"Le conflit sino-japonais va crescendo, analyse Iakov Berguer, expert à l'Institut de l'Extrême-Orient. Pour l'instant, rien n'indique que les puissances tentent d'apaiser la polémique. Heureusement, l'exacerbation des tensions est principalement verbale jusqu'ici. Néanmoins, on peut difficilement s'attendre à ce que les dirigeants chinois et japonais se fassent des concessions à Sotchi. Chacun poursuit ses propres objectifs. La Chine cherche à arracher le Japon aux USA, et le Japon souhaite se libérer des entraves de la Constitution d'après-guerre et obtenir le droit de gérer librement son armée, comme tous les pays normaux".

Le président philippin Benigno Aquino a envenimé la polémique sur les manúuvres maritimes de la Chine. Dans une interview accordée au New York Times, il a appelé la communauté internationale à soutenir les Philippines dans son litige avec la Chine sur le contrôle des îles en mer de Chine méridionale. Selon Aquino, refuser d'aider son pays serait comme si l'Occident avec renoncé à soutenir la Tchécoslovaquie quand elle était revendiquée par l'Allemagne nazie. L'agence Xinhua a qualifié Aquino "d'amateur" qui connaissait "rien à l'histoire ni aux réalités contemporaines". Quelques jours plus tôt, Washington avait suggéré à ses partenaires asiatiques de régler le litige à l'amiable. Hier, le sous-secrétaire d'Etat américain Daniel Russel a tout de même déclaré qu'on assistait à une lente expansion de la Chine en mer de Chine méridionale.

[Source: Ria Novosti, Moscou, 07fév14]

Tienda de Libros Radio Nizkor On-Line Donations

East China Sea Conflict
small logoThis document has been published on 07Feb14 by the Equipo Nizkor and Derechos Human Rights. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes.